Yves Saint Laurent

yves-saint-laurent-

Yves Saint Laurent est le type même du biopic parfaitement oubliable, tout juste porté par l’interprète principal. Impossible de nier le talent de Niney à l’œuvre, YSL est véritablement incarné et c’est toujours lui qui retient notre attention quand tout le reste est fade au possible. Pas de recul, si ce n’est celui d’une biographie soignée, on passe par des indications de dates à l’écran, et parfois, à l’inverse, on nous présente des situations dans lesquelles on est incapables d’identifier d’autres personnalités et leur relation à YSL. Et pas de véritable sens artistique non plus, beaucoup de simples fondus, ou d’effets surlignants : à ce titre, les défilés ‘victorieux’ sont un calvaire à regarder, ainsi accompagnés d’une bande-originale tonitruante forçant le trait du triomphe pour emporter le spectateur. La relation amoureuse structure enfin le récit avec plus ou moins de réussite, bien tenue elle aussi par ses deux bons acteurs, elle ne suffit pas à rendre l’ensemble plus intéressant, prenant, ou simplement touchant. On est toujours près de l’indifférence ; rien de mémorable.