The Walking Dead, saison 3, épisode 13

vlcsnap-2013-06-01-13h29m15s212

Un épisode mou du genou.

Comment décrire l’ennui devant un épisode qui s’étire à ce point, et ne dissimule que très mal ses efforts de remplissage ? La séquence de négociation tient les trois quarts de l’épisode, mais ne dit jamais vraiment son utilité : on se doute, on sait même quelle sera la conclusion, on se demande quelle cohérence il y a dans la décision des deux « chefs » de se rencontrer quand tout semblait de toute façon décidé… Il aurait fallu, alors, deux performances d’acteurs pour faire de cette « confrontation » un moment de tension efficace : ne comptons pas dessus.

On retient heureusement de cet épisode quelques bons éléments : notamment le rapport des chefs à leur « entourage », de plus en plus à la limite d’être contesté, et travaillant davantage les mensonges et la manipulation vis-à-vis du groupe pour continuer d’imposer les choix de Rick et du Gouverneur. En cela, l’épisode a le mérite de rapprocher Rick du Gouverneur et de proposer deux portraits moins manichéens. Quant à l’ambiance d’avant la bataille, elle souffre de ses clichés de dialogues et de son manque d’âme, malgré ses efforts évidents en marge de la rencontre entre les deux leaders.

Bref, un épisode sans grand intérêt.

Publicités

The Walking Dead, saison 3, épisode 12

vlcsnap-2013-05-08-11h24m32s205

Un épisode plutôt plaisant.

On l’a dit, il serait bien de ne pas faire durer les épisodes dans l’attente de la grande confrontation, néanmoins, celui-ci s’avère un aparté assez réussi. Rick, Carl et Michonne forment un trio qu’on aime suivre ainsi jusqu’à la petite ville d’origine des deux premiers, et le séjour permet de revenir sur les souffrances psychologiques de Rick. Ainsi, réintroduire un ancien personnage est la bonne idée de l’épisode, de même que montrer Carl sous un jour moins dur.

Il faut dire aussi que la petite sortie de prison et de Woodbury est appréciable : les nouveaux décors sont à ce titre saisissants, entre la série de pièges et les graffitis, dommage de n’avoir pas plus exploré la ville et de ne pas être allé plus loin que la folie du personnage. C’est toutefois dans la perspective apocalyptique de cette saison, déjà amorcée en saison 2 ; la folie gangrène de plus en plus de monde, les personnalités s’affirment, la série de ce point de vue devient plus solide et intéressante. Reste que l’épisode est peut-être non plus passionnant, manquant sans doute d’un rythme plus enlevé.

Bref, un épisode aparté qui a son charme et sa cohérence.

The Walking Dead, saison 3, épisode 11

vlcsnap-2013-05-07-14h22m04s3

Un épisode lent mais pour une fois intéressant sans action.

Tous les enjeux de l’épisode, et semble-t-il de la saison, tournent autour d’Andrea. Il faut reconnaître que cette année, la série a su faire évoluer son personnage jusque là secondaire avec soin et lui accorder une place d’une toute nouvelle importance. De la même façon, le groupe interroge de plus en plus la position de leader de Rick et la série attise ainsi un suspense de fond autour des possibles remaniements de hiérarchie (ce qui ne ferait naturellement pas de mal).

Andrea, donc, est amenée à faire un choix déterminant pour tous : la série mise alors sur la stagnation des autres, leur attente désespérée du côté de la prison et inquiète du côté de Woodbury. Les petites scènes où il ne se passe alors pas grand chose se chargent, contrairement à d’habitude, d’émotion et de tension, propre à ce climat d’avant-guerre. Il faudra veiller à ne pas non plus faire durer ce moment jusqu’au finale, ou trouver en tout cas matière à le prolonger.

Bref, un épisode calme et touchant.

The Walking Dead, saison 3, épisde 10

vlcsnap-2013-05-06-14h13m23s205

Un épisode qui reprend la structure habituelle de la série, à savoir trente bonnes minutes sans grand intérêt, et dix minutes explosives.

Pendant les trois quarts de l’épisode, on s’attarde donc sur les diverses répercussions psychologiques vécues par nos personnages : Rick qui fait la chasse au papillon, Glenn devient insupportable, le Gouverneur reprend son rôle auprès d’Andrea. Le problème est qu’on suit ces affaires de loin, le rythme, la consistance étant soit bien maigre, soit bien prévisible : si la série s’en sort toujours bien quand elle entre dans l’action, elle reste ras du sol pour ce qui est de l’écriture des personnages hors moments limites. Elle donne alors l’impression du strict minimum, comme pour préparer le terrain à l’esbroufe finale ; le choc en est certes que plus efficace, et d’ailleurs cohérent dans l’intrigue même (faire en sorte que Glenn et Rick reviennent à eux-mêmes), mais c’est dans l’ensemble toujours qu’à moitié convaincant.

En revanche, comme dit précédemment, pour ce qui est des scènes violentes, la série est à son affaire. La mise en scène du siège est réussie, évidemment surprenante, efficace : elle gère bien les différentes positions des personnages et joue de petits effets de style bien vus qui nous mettent au coeur de l’action. C’est par ailleurs là qu’elle trouve aussi de quoi poser ses personnages sans fioritures, du Gouverneur plus sadique que jamais à Rick énervé.

Bref, un épisode dont la fin nous donne une fois de plus envie de revenir, malgré une partie peu intéressante.

The Walking Dead, saison 3, épisode 9

vlcsnap-2013-04-23-13h16m18s72

Un épisode qui semble encore une fois trouver sa force dans les dix dernières minutes.

Après les événements de l’épisode précédent, Woodbury est dans le chaos total : on a droit alors à de bons moments, de la mise en scène d’une sorte de bataille dans la  fumée à l’intrusion des zombies le lendemain, on croit au soudain danger sur cette communauté. Le rôle d’Andrea dans l’histoire prend forme et s’avère plus convaincant que jamais ; on sait enfin quoi faire de consistant avec ce personnage et on le fait doucement évoluer seul en la détachant du Gouverneur après l’avoir détachée de Michonne.

Pour le reste, c’est beaucoup de pas grand chose à vrai dire, avec l’habituel sursaut dans les dix dernières minutes : la négociation avec le nouveau groupe tient donc lieu de déclencheur pour la folie naissante de Rick. La tension est bien là, va grandissante, et l’évolution du personnage est pour le moins prometteuse, tant il était le leader du groupe : c’est l’occasion de trouer le groupe et de  redistribuer les cartes (absence également de Daryl).

Bref, un épisode avec des zones de vide, un rythme peu entraînant, mais aussi de bons voire très bons moments.

The Walking Dead, saison 3, épisode 8

vlcsnap-2013-04-21-14h52m28s36

Un mid-season finale intense.

Les confrontations attendues ont lieu entre les grands personnages de cette saison : Michonne vs le Gouverneur et Merle vs Daryl pour finir. La réussite de la première est dans sa violence et son décor malsain, sans compter qu’elle participe de la mise au jour et de la construction du Gouverneur comme pur villain. Car il faut dire que ce qui semblait être le grand enjeu de l’épisode (libération des otages, arrivée du groupe dans la communauté) s’est avéré plus secondaire, comme un facteur parmi d’autres dans l’évolution accélérée du personnage du Gouverneur.

C’est de ce point de vue une véritable réussite, même la place d’Andrea pourrait devenir plus intéressante. L’aboutissement à la scène finale, avec ce discours, sa mise en scène, le retournement de situation pour Merle, est très enthousiasmant : on a maintenant tout d’un villain humain dans la série.

Les apartés à la prison sont naturellement moins prenants, malgré l’introduction des nouveaux personnages, on espère d’ailleurs qu’ils ne serviront pas à faire durer l’attente avant la prochaine grosse confrontation.

Bref, un épisode efficace, rythmé, gore et prometteur.

The Walking Dead, saison 3, épisode 7

vlcsnap-2013-04-20-15h26m56s69

Un assez bon épisode.

En ce moment, il faut avouer que si les épisodes se laissent bien regarder, on a souvent l’impression, à leur fin, d’attendre impatiemment le suivant, et d’être finalement déçu une fois devant. L’excitation est bien là, mais c’est toujours la même : on espère vite assister à la rencontre plus frontale entre les deux groupes, et non à la marche de l’un vers l’autre avec petites attaques de zombies dont le danger n’est pas si palpable.

La scène de torture était toutefois assez efficace, grâce au malaise de l’une notamment, qui creuse plus encore le personnage du Gouverneur comme le villain qu’il est. L’interprète est tout de suite plus charismatique dans ce rôle là que dans celui du lover. La partie avec Milton et Andrea faisait elle office de remplissage, trop à l’écart et vite expédiée.

Bref, on s’approche du moment tant attendu !