The Fosters, saison 1, épisodes 7 et 8

vlcsnap-2013-08-11-14h09m58s149

Un épisode intense de The Fosters.

On peut saluer les thématiques abordées par la série sur ABC, immigration et discriminations, mais aussi viol dans famille d’accueil, tout est au fond très dur et l’ambiance bienveillante permet alors d’équilibrer un peu et d’apporter à ses intrigues une charge d’émotion propre à confirmer notre attachement aux Fosters. La série prend le temps d’établir la confiance entre ses personnages et trouve maintenant son rythme dans l’évolution de chacun au sein du groupe ; c’est convaincant et réellement touchant tout du long. Le parallèle entre l’ancienne relation avec Liam et celle avec Brandon suppose enfin un point de vue plus critique et moins sentimentaliste, dont on espère que la série ne se débarrassera pas de sitôt.

Le huitième épisode maintient l’équilibre entre les intrigues des différents personnages, familiales ou de couple, avec de bonnes idées pour faire avancer les choses : d’un côté provoquer la rencontre Jesus/Ana, de l’autre faire appel à l’ex de Léna. Simultanément, on suit toujours les pistes engagées depuis le début, le possible alcoolisme de Mike par exemple ; l’ensemble est fluide, plaisant, simple et authentique, chacun arrive à se faire une belle place au sein des autres. On pourra enfin être étonné du cliffhanger de fin, pour le moins efficace.

Bref, deux épisodes solides.

Publicités

The Fosters, saison 1, épisode 4

vlcsnap-2013-08-05-14h04m10s53

Un épisode touchant de The Fosters.

Si on enlève tout ce qui est Brandon/Callie, cet épisode a son charme dans sa simplicité et son authenticité : l’intrigue est ainsi resserrée autour de la Quinceañera de Mariana et condense alors les petits enjeux à court terme autant que les enjeux de la série d’une manière générale. La relation du frère de Mariana avec Lexi, entre autres, et évidemment la relation Callie/Brandon qui atteint un stade de lourdeur exceptionnel tant les deux personnages n’ont aucune alchimie et les scènes sont forcées.

À long terme, des petits moments familiaux se dotent alors d’une plus grande force, comme la projection des photos, qui en dit long sur les liens déjà solides, et ceux encore en construction (Callie-Jude) : la série ne joue pas dans la subtilité mais s’avère étonnamment efficace en termes d’émotions, attisant de plus en plus la tendresse pour cette famille de toutes origines. L’entrée de la grand-mère permet en plus d’aborder des questions moins fréquentes dans des séries familiales et rappelle son originalité tout à la fois.

Bref, un bel épisode qui se suit avec plaisir.

The Fosters, saison 1, épisodes 2 et 3

vlcsnap-2013-07-31-15h49m22s58Un épisode assez plaisant de The Fosters.

La série tient une ambiance familiale réussie et se laisse suivre avec plaisir, tout en étant globalement prévisible dans cet épisode. Les bons sentiments sont encore là, les histoires de coeur et les enjeux familiaux, au risque d’être un peu trop guimauve et cliché à certains moments. Néanmoins, la série promet d’être attachante, l’est même déjà lorsqu’elle met en jeu les relations frère/soeur, la solidité des liens qui les unissent tout en introduisant des menaces potentielles extérieures.

L’épisode suivant confirme : la série familiale est attachante et intéressante à suivre (comme famille en construction et risque de déconstruction sans cesse), mais relativement lourde et prévisible sur certains plans. Le ship potentiel Callie/Brandon est appuyé au possible, et on ne supporte plus de les voir ensembles, tant ça semble en fait nuire aux deux personnages (sans parler du cliché de la girlfriend jalouse écrit sans profondeur, qui détonne avec le reste tant l’écriture des personnalités évite sensiblement les écueils dans la série). Les relations sentimentales n’attirent dès lors pas la même sympathie que les intrigues familiales.

Bref, deux épisodes qui marquent des débuts solides, sans être bien exceptionnels.

The Fosters, saison 1, épisode 1 (pilot)

vlcsnap-2013-07-13-15h13m31s188

Un pilot correct pour The Fosters.

Nouveau drama familial chez ABC, The Fosters propose de suivre le quotidien d’une petite famille composée d’un couple de femmes, de leurs enfants adoptés et d’une précédente union. Les origines sont différentes et la série rassemble plusieurs minorités, une identité intéressante mais qui laisse pour le moment place à des intrigues bons sentiments à la ABC, prévisibles et qui se laissent suivre que d’un œil. L’interprétation est par ailleurs inégale du côté des plus jeunes, même s’il n’y a rien de choquant non plus.

Dans l’ensemble, ce pilot présente bien ses personnages et ne fait pas systématiquement dans le cliché : si Callie est plutôt stérétypée, les autres s’en sortent bien, le jeune musicien a du charme et l’écriture des relations entre eux tous n’est pas sans naturel. Il faudrait sans doute poursuivre pour juger de l’attachement à la série et de son écriture du drama familial : les pistes ont un potentiel qui espérons-le, ne sera pas gâché par trop de bons sentiments.

Bref, un premier épisode solide comme pilot, mais qui ne charme pas vraiment.