Scream, un début de saison en demi-teinte

Scream. -©MTV
Scream (voilà ce qui s’appelle de la diversité…). -©MTV

Une chose est sûre, dès le pilot, la série Scream ne se regarde pas comme sa grande soeur : évidemment un bon point dans la mesure où la série s’assume complètement comme telle et s’appuie nettement plus sur la culture télévisuelle récente. Son parti pris, expliqué par le personnage qui seul, portera la dimension méta, consiste alors à travailler avant tout la surprise et les émotions du téléspectateur, en bousculant ses habitudes d’identification et d’investissement auprès des personnages des teen shows.

Intentions qui en soi, sont prometteuses, mais dont jusque là l’exécution la plus réussie était la promo qui affichait un à un les héros des séries de MTV victimes du tueur. Parce que pour respecter de telles ambitions, il faut bien que l’écriture des personnages – et l’interprétation – soient exemplaires, or, pour le moment, ce n’est guère convaincant, comme si la série restait hésitante, reprenant des codes teen-soap sans tant jouer de méta, pour devenir une sorte de Pretty Little Liars sanglant. La série qui annonçait que sa réussite reposerait sur le care vis-à-vis des personnages se plante pour le moment assez magistralement, tant ils sont tous insupportables et beaucoup trop stéréotypés (sauf Audrey à la limite) ! Alors, à l’inverse, elle aurait pu simplement constituer des rôles forts, plutôt qu’attachants, mais elle n’y parvient pas plus, hormis peut-être paradoxalement pour la toute première victime. Maintenant, peut-être est-ce bien pour mieux nous surprendre en fin de saison qu’elle en reste pour le moment à de tels personnages limités, mais jouer cette carte là n’est ni fin, ni très original…

Scream (promo). -©MTV
Scream (promo). -©MTV

On se prend au jeu du whodunnit, c’est certain, et certaines scènes ne manquent pas d’efficacité, bien que l’allure du tueur soit très décevante. La série recourt aux technologies de manière judicieuse et c’est pour le moment le vrai point positif qui intervient sur plusieurs plans : à la fois comme élément de dramatisation des scènes d’horreur – petit gag du pilot très amusant par ailleurs, dommage que la suite soit si premier degré ! – et comme indice dans la progression de l’enquête. Les personnages sont très conscients, comme la cible de la série, des différences générationnelles entre tel ou tel réseau social, au point que peut-être, ce ne sont plus tant les marques culturelles cinéma et séries qui font l’identité de ce Scream là, mais bien cet environnement technologique.

Toutefois, la série aurait pu être beaucoup plus inventive dans la manière d’utiliser les nouvelles technologies dans sa réalisation, et peut-être par la même occasion se débarrasser de certains vieux trucs d’ambiance horrifique, tels ces bruitages ridicules qui ressemblent à de longs soupirs menaçants…

Ce qui est vraiment dommage, c’est que le discours méta soit réduit à si peu de choses dans la série, au point que ça retire complètement le piquant ludique. Si cela permet bien de créer cet environnement culturel commun, ça n’en reste pas moins plat et superficiel, comme une succession de noms jetés là sans réflexion ni simple jeu ironique provoqué par la bascule du commentaire référentiel à la réalité brute.

Bref, jusque là, Scream laisse sur sa faim, on en voudrait tellement plus, et il faut se contenter d’une version en-dessous de ce que la série même semblait nous annoncer, aussi bien dans sa promo que dans son pilot. L’ensemble, parfois certes bien vu, est pour le moment au mieux divertissant et intrigant : on espère que la suite relèvera le niveau !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s